Publié le

Et vous, vous prendriez bien un NAC à la maison?

Adieu chats, chiens et poissons rouges. La tendance est maintenant aux reptiles, mygales et autres espèces exotiques.

«  Tout le monde a peur des serpents, mais c’est sans danger. Moi j’adhère totalement au serpent, c’est hyper agréable  ». Gaétan est venu spécialement de Lens à Menin pour racheter un serpent. À l’animalerie Dupont BVBA, il est quasi sûr de trouver son bonheur. Oiseaux, rongeurs mais une aussi une large gamme de reptiles, scorpions ou mygales. Le NAC (nouvel animal de compagnie) est roi. Gaétan s’extasie devant une mygale, lasiodora parahybana de son nom de scène. Plus de 10 cm. Il se verrait la ramener également chez lui. «  Tous les reptiles sont à apprivoiser  », estime-t-il avant de recevoir un non catégorique de son amie, Mathilde. «  Ce sont des animaux exotiques, ils sont faits pour vivre dans la nature  », commente-t-elle.

Sans aller jusque-là, Anthony, le vendeur rappelle qu’il faut des conditions précises pour ces animaux de compagnie un peu particuliers. «  Il faut des températures entre 25 et 28º et un niveau d’hydrométrie particulier pour ces animaux exotiques, explique le spécialiste. S’il s’échappe dans notre région, il ne pourra pas vivre plus de 24 ou 48 h dehors  ». Attention donc à ce que le terrarium soit plutôt bien fermé lorsque vous ne nourrissez pas votre NAC. «  Ma nièce a des serpents, commente Christine venue admirer les spécimens par curiosité. Un matin, elle s’était rendue compte qu’ils s’étaient échappés  ». Pour cette fois, il n’y aura pas de dommage collatéral, puisque les bêtes seront retrouvées quelques instants plus tard. Mais il arrive que ces reptiles aillent faire un tour dans l’appartement du voisin et là…

Anthony est là pour nous rassurer. Enfin pour tenter de le faire. D’abord question serpent, aucun n’est venimeux dans ceux qu’il vend. «  Ils sont constricteurs, c’est-à-dire qu’ils étouffent leur proie  ». Vachement rassurant. «  Et la plupart ne sont pas agressifs.  » Ouf. Enfin, le premier qu’il nous présentera aura un réflexe… plutôt menaçant. Alors quand Anthony sort un scorpion qui se fait la malle puis la lasiodora parahybana, le journaliste est prêt à prendre ses jambes à son cou. «  Il est rare qu’une mygale soit dangereuse.  » Bien sûr. «  Elle ne va pas vite, s’empresse de rajouter Anthony. Et elle a surtout un poil urticant. » Sur la peau, on est bon pour quelques heures de démangeaisons. Bon, on va peut-être plutôt faire comme ce client plutôt porté sur les perruches, pigeons ou sur les canaris comme ce grand-père venu avec son petit-fils. Ce qui ne les empêche pas de venir reluquer serpents et autres scorpions. Ou peut-être se rabattre vers une tortue d’eau ou de terre. Ça a toujours le vent en poupe, et c’est plutôt craquant quand c’est bébé. Succès aussi évidemment pour les lapins et les cochons d’Inde.

Au fait, ça mange quoi un serpent ? Souris, rats sont leur festin. Surtout vivant. Enfin, quand ce n’est pas l’inverse. «  J’avais un serpent, nous raconte une jeune fille d’une dizaine d’années. Mais il a été mangé par la souris  ». Rare, mais cela peut arriver si le serpent n’a pas d’appétit. Bon a priori, si votre reptile atteint plusieurs mètres – jusqu’à 6 m pour un python–, pas trop de danger de ce côté-là. Par contre, espérons que vous avez pensé à avoir un terrarium assez grand. Car de manière générale, c’est bien le genre de risque que tente de prévenir Anthony. Les NAC sont souvent achetés jeunes. Et ces petites bêtes, ça grandit, grandit… L’iguane vert, peut atteindre jusqu’à 1m80. Vous avez la place ? Un temps, l’enseigne se procurait également des caïmans nains. La plus petite espèce qui peut tout de même atteindre un peu plus d’1m50. «  Il faut des équipements presque comme dans un zoo pour s’en occuper  », donc on n’en vend plus, indique Anthony.

L’animalerie meninoise a des limites qu’elle ne saurait franchir. «  On fait attention au bien-être des animaux  », insiste le vendeur. À la vente que des espèces autorisées. Et tant pis pour ceux qui viennent se renseigner pour acquérir un singe par exemple. En revanche, pas question de «  fliquer  » les clients français qui représentent 90 % de la clientèle. D’autant que la concurrence avec internet est rude. Ce qui explique peut-être une légère baisse des ventes du rayon reptiles. À la différence de la Belgique, en France, pour un certain nombre d’espèces – reptiles, scorpions…- il faut un certificat de capacité. «  Mais ceux qui viennent en acheter le savent  », certifient Anthony. Alors, vous prendrez bien un NAC à la maison ?

FLORENT STEINLING

Réagir à l'article

Réagir avec son profil Connect

* Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Voix du Nord Multimédia se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises, qui n'engagent que leurs auteurs.

Vos réactions 1

Réagir