Publié le

Roubaix: Non, il n’y a pas que des vieux papiers aux Archives nationales du monde du travail

Les Archives nationales du monde du travail fêtent leurs vingt ans cette année. Pour célébrer cet anniversaire, les archivistes ont ressorti les plus belles pièces de leur collection (publicités d’époque, photographies, machines ou même piquets de grève) pour un plongeon dans le passé.

Des publicités du début du XXe siècle pour des biscuits d’une marque bien connue. Une machine à coudre que l’on trouvait dans tous les foyers. L’ébauche d’un vitrail de Notre-Dame de Paris à l’échelle 1 : 1. Ces objets venus du passé ne sont pas exposés dans un musée. Non, ils se trouvent aux Archives nationales du monde du travail, installées dans l’usine Motte-Bossut à Roubaix. «  Les gens pensent que nous n’avons que des vieux papiers. Certes, c’est une majorité, mais nous avons absolument tout ce qui peut se rapporter au travail  », sourit la directrice adjointe, Martine Le Roc’h.

Pour ses 20 ans, les Archives ont décidé de montrer au grand public tous les trésors qu’elles recèlent pour «  faire changer le regard sur les archives et notre travail  ». L’exposition, étalée sur pas moins de 900 m², se découpe en plusieurs grandes thématiques : textile, patrimoine minier – «  on a plein de photos et d’objets venus des mines de Douai !  » – art ou encore syndicalisme où l’on retrouve des piquets de grève de l’entreprise Plysorol «  qu’on a récupérés en faisant l’inventaire après la fermeture de l’usine  » se souvient Martine Le Roc’h. Pour un archiviste, tout peut témoigner du passé.

« Rendre l’expo accessible à tous »

Les Archives du monde du travail deviendraient-elles un musée ? «  Non, nous n’avons pas la même conception, clarifie la directrice adjointe, un musée montre l’objet en tant que tel, nous, nous le montrons dans sa globalité. On a par exemple un fer à repasser Moulinex. On va montrer le fer, mais aussi les dessins du concept, le plan de travail de l’ouvrier, les différentes pièces détachées…  » Un effort de mise en scène qui diffère de la tradition de se contenter d’une information brute que le lecteur doit décortiquer seul. «  On veut rendre l’expo accessible à tous pour nous faire connaître et ne pas rebuter les gens avec des tas de vieux papiers  », souligne la directrice adjointe.

Et pour ceux que les contrats d’assurance vie de Louis Pasteur et de Proust n’intéresseraient pas, il reste le cadre magnifique de l’usine Motte-Bossut, témoin du passé industriel glorieux de Roubaix. Un lieu mythique qui vaut à lui seul le détour.

Exposition Au fil des archives : le travail c’est tout un monde : du 21 au 18 avril, 78 bvd du Général-Leclerc à Roubaix. Du mardi au vendredi, de 9 h à 17 h. Entrée gratuite.

MAXIME MASCOLI

Cet article vous a intéressé ? Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :

Roubaix

Réagir à l'article

Réagir avec son profil Connect

* Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Voix du Nord Multimédia se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises, qui n'engagent que leurs auteurs.

Vos réactions 1

Réagir